Version TLM 20140312-0031 Aux 4 Coins du Globe » Poème géomorphologique
le globe à 4 coins aux 4 coins du globlog !

Une photo au hasard voir une autre photo ?

Où sommes-nous maintenant ?

La photo du retour notre petite planète voir l'itinéraire du voyage USA Est & Ouest Boston, USA San Francisco, USA Pérou Bolivie Argentine Chili Île de Pâques Nouvelle-Zélande Australie Australie Sydney Perth & le Western Australia Nouvelle-Calédonie Afrique du Sud Sibérie 2001... un peu de patience Tasmanie 2003... un peu de patience Irlande 2004 Islande 2006 Corse 2007
La photo du retour
Le teint est un peu plus bronzé, non ?
- gare de Bâle
Autour du voyage ~ mercredi 31 janvier 2007
lundi 21 septembre 2020, 17h07
naviguez sur la carte
et choisissez votre destination

Mercredi 4 juillet 2007

Poème géomorphologique

Classé dans: ~ Tom @ 23:44
par Denis Le Meur
      Un jour, je traversais avec un camarade
      Sur nos cyclomoteurs à forte pétarade
      La campagne de Caen, auprès de Lorguichon.
      Repas tiré des sacs, tranches de saucisson,
      Nous étions arrêtés pour un court pique-nique,
      Dans l’herbe assis tous deux, près de nos mécaniques,
      Dégustant un repas forcément très frugal
      Mais dont je me souviens comme d’un vrai régal.

      Tout autour s’étendait, vers Norrey l’Orgueilleuse,
      Cette belle campagne opulente et heureuse
      Et le soleil brillant au ciel d’un bleu d’azur
      Donnait au paysage un aspect net et pur.
      C’est alors que me vint une idée singulière :
      Mon compagnon fermant son œil à la lumière
      Pour faire un petit somme en ce beau jour d’été,
      J’énonçais ce propos, qui le fit sursauter :

      « Holà ! Ne t’endors pas, ami, point de faiblesse !
      Fournis une réponse au sujet qui m’oppresse.
      Cette vaste étendue, favorable aux labours,
      Qui s’incline en douceur de Falaise à Cabourg,
      Par son aspect fertile et ses moissons fécondes
      Est réputée parmi les plus riches du monde.
      Les dieux se sont-ils donc penchés sur son destin ?
      Lui ont-ils accordé, en un passé lointain,
      Quelque insigne faveur dont elle bénéficie ?
      Pourrais-je sur ce point avoir une éclaircie
      De ta part, car on dit que ton savoir est grand
      Et qu’en géographie nul n’est aussi savant ? »

      « C’est beaucoup me flatter, répond mon camarade,
      Je sais un peu de tout, mais si on escalade
      Du savoir établi le sommet altier,
      Malgré tous mes efforts, j’arrive bon dernier ! »

      J’interviens de nouveau : « Pas tant de modestie,
      Tu es, chacun le sait, une encyclopédie
      Et peux donc me répondre avec force détails,
      Étant très au courant des secrets du sérail.
      Par ailleurs, tu prétends au rang de géographe
      Sans avoir pour autant apposé ton paraphe
      Au bas de quelque thèse au titre ambitieux ;
      Si tu veux que ton nom devienne glorieux
      Et s’inscrive à jamais, sans que cela étonne,
      Parmi ceux de Reclus, Journaux ou de Martonne ;
      Si tu veux pénétrer dans ce cénacle étroit
      Où seuls les grands esprits sont admis de plein droit,
      Il faut, par un récit d’une mâle assurance,
      Me prouver clairement l’ampleur de ta science.
      Après cet examen, mais après seulement,
      Tu seras accueilli dans notre mouvement,
      Et du premier janvier jusqu’à la Saint Sylvestre,
      Tu pourras disserter sur l’écorce terrestre. »

      « J’accepte, répond-il, j’accepte de grand cœur.
      Mais puis-je mériter, au reste, un tel honneur ?
      J’essaierai cependant. C’est une longue histoire
      Et pour te la conter, d’abord il nous faut boire ;
      J’aperçois près d’ici un bistrot avenant :
      Allons y déguster un bon café fumant.
      Vois-tu, quand j’étudie les faits géographiques,
      En moi-même s’épanche une joie séraphique
      Dit-il, bien installé devant le noir moka ;
      Mais fais bien attention, je t’expose le cas.
      Il y aura parfois, je le sais, quelques failles
      Dans mon raisonnement ; les terrestres entrailles
      Répugnent à livrer tous leurs petits secrets
      Au fougueux géographe avide de concret…
      Et, sans surestimer les modestes lumières
      Qu’une étude assidue me donne en la matière,
      Je puis te démontrer et pourquoi et comment
      Ce fertile pays ne peut être autrement ! »

      « Entrons dans le sujet, et déjà un problème
      Apparaît au chercheur soucieux du bon terme :
      Faut-il appeler “plaine” un vaste bas-plateau ?
      Les puristes, je crois, trouveront aussitôt
      Que le deuxième nom est de loin préférable :
      En effet, à travers ces terrains vénérables,
      L’Orne coule encaissée, ainsi que le Laison :
      Argument décisif, qui me donne raison !
      Dans la plaine, en effet, l’eau coule à fleur de terre,
      Alors qu’en un plateau, étendue solitaire,
      Jusqu’au niveau de base elle coule en creusant
      Un réseau de vallées aux obliques versants.

      Venons-en maintenant à la stratigraphie,
      Seule science sur Terre à laquelle je me fie,
      Puisqu’aussi bien sa cause en est la pesanteur,
      Et qu’on ne peut trouver un plus simple moteur.
      Sache donc, cher ami, qu’à l’ère secondaire
      Ici se déposa une couche calcaire,
      Épaisse de cent mètres, et parfaite en tout point :
      On lui donne le nom d’étage bathonien.

      Les dinosaures hantaient ces calmes profondeurs
      Tandis que, poursuivant sans trêve son labeur,
      La gravité posait les unes sur les autres
      Les couches du bassin qui va jusqu’à Champdôtre.
      Ces strates étaient planes et, relevées à l’ouest,
      S’enfonçaient au contraire en s’en allant vers l’est.
      C’est pour cette raison qu’on les a dénommées :
      Série sédimentaire concordante inclinée.
      Aucun effondrement, à peine un léger pli
      N’ont ensuite troublé le travail accompli. »

      Parvenu à ce point de son discours épique,
      Le narrateur se tait. « Quelle mouche te pique,
      Ô savant connaisseur ? Poursuis donc ton chemin,
      Dis-je, et conte-nous les faits jusqu’à la fin ! »
      Mais il n’écoute pas, et frappant sur la table :
      « Pourquoi donc ce café est-il si détestable ? »
      S’écrie-t-il brusquement, regardant le patron.
      Celui-ci intervient, car il n’est point poltron :
      « Vous avez, emporté par l’ardeur qui vous guide,
      Simplement négligé de sucrer le liquide.
      Ce n’est pas bien méchant, oubliez vos soucis
      Et reprenez pour nous ce passionnant récit ! »
      On sucre le café ; dès que se décompose
      Au sein du Robusta l’odorant saccharose,
      L’avisé morphologue, évoquant le passé,
      Se lance de nouveau dans son docte exposé.


… C’est ici que prend fin, pour l’instant, ce récit
Car aux yeux du profane cela aura suffi
À démontrer l’adresse et des mots et des vers
Avec laquelle s’amuse mon géographe de père !

Un carnet de 5 commentaires »

  1. scallione — Jeudi 5 juillet 2007 @ 5:33

    Un nouveau talentueux contributeur pour ce journal de bord ? Du moins sait-on à présent d’où te viens, cher Tom, cet amour des brillants billets dont tu colores la toile !

    A quand un hommage à ce grand homme (http://en.wikipedia.org/wiki/Élisée_Reclus) sur ce site de bonne tenue ?

  2. Tom — Jeudi 5 juillet 2007 @ 17:42

    Tel père, tel fils, dit la sagesse populaire… serais-je génétiquement prédestiné ???

    Cette théorie se confirme, car en ce qui te concerne mon cher Scallione, je sais que Clig70 t’a légué son goût de l’argumentation contradictoire et - chose plus fâcheuse - sa célèbre Poignée de Main Broyeuse de Doigts ! :lol:

    Pour ceux qui s’intéressent - en français dans le texte cette fois-ci - à ce grand géographe anarchiste nommé Élisée Reclus, c’est ici.

  3. scallione — Jeudi 5 juillet 2007 @ 22:34

    Pardonnez moi le lien en americain mais j’entendais souligner la renommee internationale de ce grand homme ;)

  4. Bijoliane — Samedi 7 juillet 2007 @ 20:33

    Pour tout savoir sur la campagne de Caen
    que ton papa continue avec célérité
    son éloge et que dans son élan
    il nous en donne toutes les clés !
    apprendre la géographie en vers
    que d’intérêt et quel bonheur
    c’est mieux que d’avoir la tête en l’air
    à l’école pendant une heure !

  5. Rose- Blanche — Lundi 9 juillet 2007 @ 22:53

    Bravo pour ces vers, la tête en l’air mais l’idéal n’est-il pas d’être comme le fleuve qui suit le cours dans son lit ?

Poster un commentaire

Bot-Check


Retours à la lignes et paragraphes automatiques, adresses E-mail jamais affichées, balises HTML autorisées :
<a href="" title="" rel="" target=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <del datetime=""> <div class=""> <em> <i> <img alt="" align="" border="" height="" hspace="" longdesc="" title="" vspace="" src=""> <strike> <strong>

retour en haut de page

46 requêtes, 0.262 secondes.
Aux 4 Coins du Globe est réalisé par Carine & Thomas avec WordPress. Tous droits réservés.